Les conseils

Mains de départ au Texas Hold’em

Apprenez comment jouer les meilleures mains au bon moment, et contre des joueurs qui généreront les meilleurs profits.      

Mains de départ au Texas Hold’em | 888 poker

La plus grosse erreur qu’un joueur commet typiquement lorsqu’il joue au poker la première fois est de jouer beaucoup trop de mains. Même s’il peut voir un flop peu cher, la grande majorité des mains suivent très mal ou ont peu de possibilités de bien jouer par rapport à la position du joueur lors de la main ou par rapport aux mains possibles de l’adversaire. Cela fait que de tels joueurs se retrouvent beaucoup trop souvent dans des situations stressantes postflop, où ils font trop d’erreurs coûteuses!

S’il y a un conseil qui peut vous aider à réduire instantanément vos pertes ou à améliorer votre taux de gains, c’est de choisir une meilleure sélection de mains de départ.

Dans cet article, nous élaborerons sur des candidats possibles pour les mains de départ : quelles mains devriez-vous jouer des diverses positions, et pourquoi certaines mains de départ sont mieux que d’autres.

MAINS DE DÉPART AU POKER

Paires

  • Paires de qualité (JJ-AA): Les paires les plus fortes sont les mains de départ avec le plus de valeur au Texas Hold’em. Dans presque tous les cas, vous voulez relancer et surrelancer avec elles pré-flop, et vous devriez être souvent content de miser tout votre argent pré-flop avec elles (pour 100 bb ou moins). Dans certains cas (contre des joueurs très serrés et habituellement ceux dans des jeux en personne), les mains au poker comme JJ et QQ doivent éviter de mettre de l’argent pré-flop (sauf contre des joueurs avec des piles plus basses qui vont typiquement avoir un éventail plus large à mettre all-in). Dans des situations de jeu en personne, les joueurs sont habituellement plus conservateurs avec les relances et les mises triples/quadruples. Bien que les paires élevées doivent être jouées avec agressivité pré-flop, soyez prudent sur des tableaux à tirage lourd et mouillés spécifiques lors du post-flop, car ils peuvent facilement être dépassés et défaits. Exercez plus de prudence avec ceux-ci si vous êtes dans un pot avec plusieurs joueurs, car leur valeur diminue dramatiquement contre plusieurs adversaires.
  • Paires du milieu (77-TT): Les paires du milieu ont une valeur dans le sens qu’elles sont fréquemment jouables post-flop dans les pots en duel (ayant une certaine valeur à l’abattage) en plus de leur capacité à suivre un brelan bien déguisé. Dans des pots à voies multiples, ces paires joueront souvent comme de petites paires (voir ci-dessous), dans le sens que le gros de leur valeur viendra lorsqu’elles sont capables de faire un brelan. Contre plusieurs joueurs, elles vont habituellement être la 2e ou parfois la 3e plus haute paire possible après le flop, et il est sans doute plus probable pour tout joueur d’avoir une paire plus élevée. La valeur de ces paires du milieu est substantiellement augmentée lorsque dans des piles basses (<20 bb), en raison de l’équité de passer qu’elles peuvent avoir lorsqu’un joueur va allin, en plus du moment qu’elles sont utilisées, cela sera plus fréquemment contre une main comme A-K, A-Q, A-J ou pire qu’une paire plus élevée. Lors d’une partie à piles standards de 100 bb, relancer en ouverture avec celles-ci de toute position est acceptable. Si quelqu’un d’autre a relancé avant vous, habituellement suivre est le choix supérieur.
  • Petites paires (22-66): Les petites paires ont beaucoup de valeurs de cote implicite. Lorsque possible, elles doivent essayer de voir un flop peu cher, parce que si elles suivent un brelan, c’est à ce moment-là qu’elles vont gagner le plus souvent, et gagner GROS! Si elles ne suivent pas un brelan, elles vont souvent être très difficiles à continuer avec (et devront checker-passer) parce qu’elles seront habituellement la 3e ou 4e meilleure paire après le flop. Pour cette raison, il est très difficile d’appeler directement de manière rentable une mise triple avec celles-ci, ainsi que de jouer avec out of position (à moins d’avoir des cotes incroyables avec plusieurs personnes qui limp ou suivent).

Voici certains conseils supplémentaires sur comment jouer de manière rentable les petites paires :

  • En position tôt, les petites paires doivent habituellement être passées (ou limpées dans une partie en personne où les joueurs ne vont pas typiquement être aussi agressifs au pré-flop). Oui, vous voulez voir un flop peu cher avec elles, mais si les adversaires qui agissent par la suite relancent ou font une mise triple contre vous, cela rend difficile et souvent non rentable de poursuivre avec des petites paires out of position contre de bons adversaires.
  • Dans les positions de milieu et de fin, vous pouvez relancer en ouverture avec des petites paires.
  • Lorsque vous faites face à une relance et êtes en position, habituellement suivre est acceptable, pourvu d’être assez profond.
  • Lorsque vous faites face à une relance et êtes out of position, une mise triple est acceptable contre 1 adversaire, s’il est en position de fin (car son éventail sera plus large). S’il y a plusieurs suiveurs après la relance initiale, habituellement suivre est supérieur.
  • Habituellement, vous désirez des cotes d’environ 10:1 pour la chasse au brelan, signifiant que si la mise au pré-flop est de 10 $ et que vous avez 100 $ dans votre pile, suivre est habituellement un seuil de rentabilité ou un jeu rentable, pourvu que vous allez sans doute être payé par une main pire si vous passez votre brelan.
  • Vous passerez seulement un brelan 1 fois en 8.

Cartes Broadway

Les cartes Broadway sont considérées toute A, K, Q, J ou 10 (T). Après les meilleures paires, les cartes broadway les plus élevées deviennent les prochaines meilleures mains de départ au Texas Hold’Em. Ce fait est parce qu’elles peuvent composer des paires et d’autres mains qui sont plus fortes que celles de votre adversaire (A-K contre 6-5 sur A-95, où les deux joueurs ont une paire, mais la paire d’As est vastement supérieure.)

De plus, plus hautes sont vos deux cartes broadway, plus souvent serez-vous capables de « dominer » les mains de votre adversaire. (Si vous avez A-K et votre adversaire a A-Q ou A-J, et qu’un As arrive, votre adversaire souffrira beaucoup.)

Le problème que la plupart des débutants ont avec les cartes broadway, est qu’ils les jouent trop fréquemment de certaines positions. Plutôt que de dominer leurs adversaires, ils vont plus fréquemment se retrouver dominés en jouant trop de combinaisons de ces mains – et les jouer de manière passive (avec plus de suivis que de relances/mises triples au pré-flop, où ils vont manquer sur l’équité de passer supplémentaire).

Les cartes broadway en couleur ont légèrement plus de valeur que les cartes broadway hors couleur, mais étant en couleur, elles vous donneront beaucoup plus de jouabilité, une « capacité de passer au travail rapidement » et des façons de gagner de l’équité supplémentaire dans la main. Les combinaisons de cartes broadway en couleur sont de meilleurs candidats pour les mises triples que leurs contreparties hors couleur en raison de cet aspect de jouabilité.

Mains A-X

Plusieurs amateurs et débutants joueront beaucoup trop de mains A-X (où X représente toute carte dans le paquet). Ils croient, en raison de leur As, que leur main a beaucoup de potentiel et de valeur. Par contre, en jouant trop de combinaisons A-X, vous vous disposez à être écrasé par de meilleures mains A-X. De ce fait, vous devez développer la discipline de connaître quand vous devez passer votre meilleure paire, de faibles combinaisons A-X kicker lors d’une forte agression.

La valeur d’avoir un A-X en couleur augmente fortement, car vous pouvez faire des combinaisons de couleur élevées avec ces cartes (qui ont le potentiel de dominer d’autres couleurs). Par contre, un A-X hors couleur a une faible jouabilité car les possibilités de couleur sont éliminées et des facteurs de domination peuvent très bien entrer en jeu, selon la faiblesse de votre kicker. Ne tombez pas dans le piège de jouer trop de mains A-X hors couleur! Souvenez-vous que ces cartes produisent 3 fois plus de combinaisons que ses contreparties en couleur (12 contre 4) et ne jouent pas bien post-flop.

Il doit être noté que A-2/A-5 en couleur donne de bons candidats de bluff pour une mise triple/quadruple puisqu’elles bloquent certaines combinaisons A-A/A-K et ont aussi une certaine jouabilité post-flop.

Cependant, de manière générale, évitez de surjouer les combinaisons A-X pré-flop, et utilisez des As avec de petites cartes en couleur pour compléter votre éventail de mises triples (pour les bluffs). De plus, assurez-vous d’apprendre quand laisser aller votre meilleure paire (As) avec un mauvais kicker lorsque vous faites face à une agression significative.

Connecteurs de couleur

La valeur réelle des connecteurs de couleur vient de sa capacité à produire de fortes mains comme des quintes et des couleurs. Par contre, dans la majorité des cas, les joueurs vont souvent voir une paire moyenne ou un tirage faible. Dans ces scénarios, vous devez être à l’aise de laisser tomber votre main ou d’exercer le contrôle du pot post-flop.

Comme vous ne désirez pas grossir le pot out of position avec des éléments comme une seconde paire, les connecteurs assortis joueront toujours mieux en position. Ces cartes ont un bon potentiel de gagner de gros pots contre les éventails de position de début, comme fortes paires, en raison de leur capacité à produire des quintes et des couleurs. On dit donc que les connecteurs de couleur sont un type de main avec de bonnes cotes implicites – où un petit montant peut être mis pré-flop pour gagner potentiellement un gros pot post-flop.

Voici d’autres remarques sur la manière de jouer les connecteurs assortis :

  • Comme ils jouent mieux en position, seuls les connecteurs assortis les plus forts doivent être ouverts plus vous vous éloignez du bouton.
  • Vous devez seulement rechercher des cotes implicites d’environ 20:1 pré-flop si vous étiez sur le point de suivre une relance. (Il est beaucoup mieux de jouer ces mains avec de grosses piles.)
  • Contre un joueur, il est acceptable d’inclure celles-ci dans votre éventail de bluff pour mise triple en position.
  • Avec plusieurs joueurs qui sont entrés dans le pot avant vous, il est mieux de limper ou de suivre l’ouverture initiale et d’essayer d’avoir une quinte ou une couleur contre plusieurs joueurs.
  • Si vous suivez des mains comme celles-ci après une relance et plusieurs suiveurs, soyez conscient de tout joueur qui doit encore parler à votre gauche qui pourrait voir un pourcentage de squeeze plus élevé. Après une relance, plusieurs suivis et un squeeze, les connecteurs assortis ne vont pas souvent donner de bons résultats pour continuer à suivre cette mise triple, même si en position.

Autres mains

  • Connecteurs hors couleur: Il doit être noté qu’avoir des cartes assorties ajoute seulement environ 2 % à l’équité d’une main au pré-flop, jouer des cartes assorties (comme les connecteurs assortis par rapport à des connecteurs non assorties) vous donneront beaucoup plus de « jouabilité » pour la main dans les tours futurs, spécialement si vous êtes l’attaquant. Vous serez capable de passer au travers de plus de situations avec un bluff, tout en conservant une quantité décente d’équité et d’équilibre à votre éventail. Comme résultat, les connecteurs non assortis doivent rarement être joués à cause de cet aspect de « non jouabilité ». Une main comme T-9o peut être une ouverture acceptable d’une fin de position dans un pot fermé. De plus, les pires connecteurs non assortis peuvent être des relances en ouverture sur le CO ou le BTN, s’il y a toujours un poisson faible devant parler après vous.
  • Gappers assortis : Ces mains se jouent de la même façon que les connecteurs assortis indiqués ci-haut. Il n’est pas recommandé de miser trois fois avec celles-ci en plus des connecteurs assortis ou sinon vous pourriez trop bluffer par rapport au nombre de mains de valeur que vous avez dans votre éventail de mise triple. Pour le jeu post-flop, ne courez pas toujours après les gut-shots jusqu’à la river, et soyez toujours à l’aise de les passer si vous faites face à une agression significative.
  • Non connecteurs assortis : Un autre piège dans lequel les débutants tombent est de surjouer ceux-ci en général (comme K-2s ou Q-5s), spécialement après qu’un autre joueur ait ouvert le pot. Ils vont être impliqués dans trop de situations dominées et ont aussi de mauvaises cotes implicites inversées. Si vous jouez une main assortie juste pour « courir après la couleur », vous allez brûler plus d’argent au pré-flop que vous pourriez en gagner dans les moments peu fréquents où vous réalisez une main forte avec celle-ci. (Vous n’allez pas vous rendre là aussi souvent que requis). Une des quelques fois où des non connecteurs assortis doivent être joués c’est en fin de position dans un pot fermé (K-2s+, Q-5s+ J-7s+, etc. du bouton), spécialement s’il y a un poisson faible dans les blinds.
  • Poubelle: Certains joueurs joueront toutes combinaisons de deux cartes, et c’est sans doute la plus grosse erreur qu’ils peuvent commettre! (« Mais qu’en est-il si je passe deux paires?! ») La poubelle comprend généralement des cartes faibles, non assorties, non connectées, mais peut aussi comprendre certaines combinaisons assorties. S’il y a jamais un moment où la poubelle doit être jouée, cela peut être quand vous relancez au pré-flop en tant que bluff après quelques limps avant vous (plus souvent dans un environnement en personne). Par exemple, si 5 joueurs limpent, et vous avez 5-2s en fin de position, si vous pensez que le limper original va passer (et subséquemment tout le monde va passer), et que les blinds ne semblent pas trop excités de leurs mains, mettre une relance d’une bonne taille peut vous faire gagner le pot. Veuillez noter que la fréquence de ce jeu peut être plutôt basse, et il doit le plus souvent être tenté lorsqu’en position où une mise de continuation de bonne taille puisse le ramasser post-flop s’il y a des suiveurs.

MAINS À JOUER DE DIVERSES POSITIONS

Les joueurs seront en mesure de gagner plus d’argent lorsqu’en position (simplement en raison des avantages de voir les adversaires parler les premiers et avoir le plus de renseignements à leur tour, en plus de faire de la place pour que leurs adversaires out of position fassent plus d’erreurs coûteuses, etc.) Par conséquent, les joueurs doivent avoir des éventails d’ouverture de jeu serrés des positions de début pour compenser leur manque de position plus tard dans la main.

  • Il doit être noté que limper doit rarement, si jamais, faire partie d’une stratégie d’ouverture (sauf dans un jeu blind contre blind ou de duel).
  • Généralement, vous devez relancer d’environ 3 fois le big blind (fermer à une relance de la taille du pot) lorsque vous êtes le premier joueur à ouvrir, et que les piles sont ~100 bb.
    • S’il y a des limps en face de vous (ou des big blinds après vous), vous pouvez ajouter 1 x bb pour chaque limp dans le pot. (Après 2 limps, vous devez relancer par 5 fois).
    • S’il y a des antes impliqués au milieu de la table, la taille de votre relance en ouverture devrait être légèrement plus importante.
    • Si désiré, en raison de votre début de position, les éventails de mains seront plus forts qu’en fin de position, vous pouvez relancer à 3,5 ou 4 fois (recommandé seulement pour les jeux en ligne à micro-piles ou les jeux en personne à piles faibles, où plusieurs joueurs vont suivre votre relance en ouverture, peu importe le petit ajustement à sa taille).
    • Puisque vous ouvrirez un éventail de mains plus large de la fin de position, vous pouvez relancer d’une plus petite taille ici (2,25 à 2,5 fois) pour sauver de l’argent lorsqu’on vous surrelance et que vous devez passer.
    • Alors que vous montez de niveau de jeu, de plus petites tailles de relance vont généralement être utilisées au pré-flop.

Concernant la remarque ci-dessous :

  • Un « o » se réfère à des combinaisons non assorties.
  • Un « s » se réfère à des combinaisons assorties.
  • Un signe « + » indique cette main, en plus de toute main mieux que celle-ci. Par exemple, A-Js+ se réfère à A-Js, A-Qs, et A-Ks.

Ici, dans la remarque écrite, se trouve une directive pour les mains de départ pour relancer en ouverture en position dans un jeu d’argent à 9 mains, 100 bb :

Under-The-Gun (UTG/EP 1) : 10 %

7-7+, A-Ts+, K-Ts+, Q-Ts+, J-9s+, T-9s, 9-8s, A-5s, A-Qo+

UTG+1 (EP 2) : 10 %

7-7+, A-Ts+, K-Ts+, Q-Ts+, J-9s+, T-9s, 9-8s, A-5s, A-Qo+

UTG +2 (EP 3) : 13 % :

7-7+, A-8s+, K-9s+, Q-9s+, J-9s+, T-9s, 9-8s, A-4s/A-5s, A-Jo+

Lojack (LJ/MP1) : 16 %

5-5+, A-2s+ K-9s+, Q-9s+ J-9s+ T-8s+, 9-8s, 8-7s, 7-6s, A-Jo+, K-Qo

Hijack (HJ/MP2) : 20 %

4-4+, A-2s+, K-8s+, Q-9s+ J-9s+ T-8s+, 9-7s+, 8-7s, 7-6s, 6-5s, 5-4s, A-To+, K-Jo+, Q-Jo

Cut-off (CO/LP1) : 26 %

2-2+, A-2s+, K-5s+, Q-8s+ J-8s+ T-8s+, 9-7s+, 8-6s+, 7-5s+, 6-5s, 5-4s, A-To+, K-To+, Q-To+, J-To

Bouton (BTN/LP2) : 40 %

2-2+, A-2s+, K-2s+, Q-5s+ J-7s+ T-6s+, 9-6s+, 8-5s+, 7-5s+, 6-4s+, 5-3s+, 4-3s, A-4o+, K-9o+, Q-9o+, J-9o+, T-9o, 9-8o

Small Blind (SB) : 47 %+

2-2+, A-2s+, K-2s+, Q-4s+ J-6s+ T-6s+, 9-5s+, 8-4s+, 7-4s+, 6-3s+, 5-3s+, 4-3s, A-2o+, K-8o+, Q-8o+, J-8o+, T-8o+, 9-8o

H-2 : AUTRES CONSIDÉRATIONS

  • Tailles des piles: Alors que les tailles des piles deviennent de plus en plus grosses, les cartes broadway vont monter en valeur, simplement en raison que la valeur de réaliser une haute paire augmentera de manière significative. De plus, les connecteurs assortis et les petites paires perdront beaucoup de jouabilité et de valeur puisque les cotes implicites qu’ils obtiendront dans une main diminueront drastiquement. Avec des piles de 20 bb, vous recherchez souvent des endroits à encombrer en ouverture ou encombrer par une mise triple avec des mains comme 8-8+, A-Qo+, A-Js+, K-Qs (qui peuvent varier selon la position et les tendances de la personne qui ouvre, avec combien de joueurs ont parlé depuis).
texas holdem starting hands 2
  • Nombre de joueurs: S’il y a moins de joueurs à la table, vos éventails de mains de départ selon votre position ne devraient pas changer. Si vous ouvrez CO avec 26 % de mains à une table max. de 9, alors vous devriez toujours ouvrir d’environ 26 % des mains à une table de 4 lorsque vous êtes le premier à parler au pré-flop. La seule raison pour laquelle vos éventails doivent changer selon la position, alors que le nombre de joueurs diminue à une table, serait pour s’ajuster à la force ou aux tendances de vos adversaires.
  • Créer/Connaître vos éventailsÉtudiez les éventails indiqués ci-haut ou les tableaux suggérés de pré-flop d’un site réputé. Mémorisez-les pour vous assurer d’avoir un éventail de base solide. Cette stratégie seule nettoiera simplifiera immensément votre jeu et vous permettra de connaître où vous devez apporter de petits ajustements dans votre éventail.
  • Tendances des joueurs/Dynamiques à la table: Comme indiqué plus haut, après avoir établi un éventail de base, vous pouvez alors apporter des micro-ajustements à cet éventail, si vous le souhaitez, selon la résistance, la souplesse, l’agressivité, etc. de votre table. Ce ne sont pas des changements dramatiques, mais seulement ajouter ou sortir quelques combinaisons du bas de votre éventail. Par exemple, si les blinds sont des joueurs faibles, vous pouvez ouvrir légèrement plus de mains au bouton. Si vos adversaires sont dans une stratégie « fit-or-fold » post-flop, vous pouvez ouvrir davantage en position de fin avec l’intention faire une mise de continuation et l’emporter beaucoup de fois. S’il reste toujours plusieurs joueurs dans le pot, serrez vos éventails aux mains qui se joueront bien de multiples façons.
  • HUD : Les écrans en hauteur (HUD) sont des programmes logiciels utilisés sur les ordinateurs pour le poker en ligne qui aident les joueurs à identifier et à afficher les statistiques et les tendances des autres joueurs de poker rapidement dans la partie. (PokerTracker 4 et Hold’em Manager 2 sont les HUD les plus courants.) Lorsque vous essayez de déterminer comment vous devriez varier vos éventails de départ selon les tendances de vos adversaires, utiliser un HUD sera la façon la plus facile et rapide d’y parvenir.
  • VPIP/PFR : Deux des statistiques les plus cruciales à vous préoccuper sont le VPIP (mettre volontairement de l’argent dans le pot) et le PFR (relance pré-flop). Habituellement, pour des parties à 6 joueurs max., un VPIP/PFR normal sera d’autour 24/22. Dans des parties à 9 joueurs max, il pourrait être autour de 19/17 (pour accommoder les éventails d’ouverture plus serrés en position de début. Si ces nombres sont éloignés (31/5), le joueur est un passif faible et limpe plus souvent que non. Si ces nombres sont plus élevés que la normale (42/37), le joueur est typiquement un joueur agressif lousse. Ceux deux dernières options sont deux types de poissons pour qui vous devez par conséquent ajuster vos éventails.
  • Suivre en douceur contre mise triple: S’il y a déjà un joueur qui a relancé avant vous et que vous désirez entrer le pot, vous devez déterminer s’il est mieux de suivre en douceur ou de faire une mise triple (surrelancer). Si (1) votre main joue bien à plusieurs voies, (2) il y a des poissons aux blinds, vous voulez aussi conserver la main, ou (3) vous pensez que votre main est à l’avant de l’éventail de l’ouverture mais trop faible pour surrelancer pour de la valeur, suivre est acceptable.. (P.ex., habituellement les petites paires aux paires moyennes et certaines cartes broadway (A-Qo contre MP en ouverture) conviennent pour suivre en douceur.) L’objectif de surrelancer est d’habituellement isoler un adversaire (spécialement s’il est faible) ou de mettre plus d’argent dans le pot pour la valeur/protection de votre main. Les candidats acceptables dans plusieurs situations (selon la position) seraient des paires élevées et les plus hautes cartes broadway assorties (pour la valeur). Vous devez y mélanger certains as assortis faibles en fin de position (qui bloquent les mains A-A et A-K) et des connecteurs assortis comme bluffs. S’il y a une relance et plusieurs suiveurs, il peut être mieux de simplement suivre en douceur ces petites mains A-X et connecteurs assortis, car la cote du pot immédiat et les cotes implicites sont bonnes. De plus, ces cartes peuvent passer décemment bien les voies multiples s’ils ramassent un tirage de couleur. (Si vous n’obtenez pas un fort tirage, vous pouvez simplement jouer directement et passer.)
  • Se défendre au small blind: Certains joueurs défendent que toutes les mains jouées au small blind doivent être surrelancées contre une ouverture, parce qu’après un suivi en douceur, vous donnez au big blind un meilleur prix pour relancer au pré-flop ou s’il choisit un squeeze (mise triple). Si vous avez un éventail pour relancer et suivre en douceur au small blind, vous allez presque toujours être trop faible pour suivre sa relance, spécialement out of position, si le relanceur initial passe. La triple mise du small blind est spécialement commune contre les ouvertures en fin de position, où les éventails sont plus larges. Vous pouvez habituellement gagner plus d’équité de passe pré-flop d’une triple mise. Dans les jeux à piles basses où le big blind ne va pas squeezer aussi souvent, en plus des pots qui sont déjà très à voies multiples, il peut être acceptable de suivre en douceur depuis les blinds. Souvenez-vous : il sera très difficile de jouer de manière profitable post-flop dans plusieurs situations out of position et sans initiative.
  • Se défendre au big blind: Parce que vous allez obtenir des cotes intéressantes contre une relance entre 2 fois bb et 3 fois bb (potentiellement plus élevée dans les jeux en personne à piles faibles), vous devez défendre une partie plus large de votre éventail, pré-flop, au big blind – pourvu que vous jouez bien post-flop. Contre une relance 3 fois, vous devrez mettre 2 big blinds supplémentaires dans le pot pour gagner 4,5 bb (souvenez-vous du small blind) dans un pot de duel – signifiant que vous devrez avoir une équité d’environ 30 % par rapport à l’éventail de la personne en ouverture pour continuer avec profit. Oui, il est plus difficile out of position de réaliser cette équité (peut-être par environ 5 à 7 %), quoique il est vital de défendre largement du big blind pour ne pas surpasser et être exploité. Gardez à l’esprit que jouer des blinds va virtuellement être toujours –EV à long terme. La clé est de minimiser vos pertes de ces positions pour augmenter votre taux de gains général.
  • Un rappel du pouvoir de la position : En s’écartant un instant des tableaux de cartes et de tout ce que cet article a décrit, n’oubliez jamais le pouvoir de la position.

La grande partie de votre argent viendra du jeu au bouton dans le Hold’em :

  • Vos décisions seront beaucoup plus faciles lorsque vous êtes en position
  • Vos adversaires ont le potentiel de commettre de plus grandes erreurs lorsque out of position.

Souvenez-vous toujours que la position est le pouvoir, assurez-vous donc d’utiliser votre avantage de position contre des adversaires spécifiques (spécialement les faibles) pour augmenter vos profits!

10 MEILLEURS MAINS DE DÉPART AU POKER

  1. Paire d’as (AA)
  2. Paires de rois (KK)
  3. Paire de dames (QQ)
  4. As-Roi assortis (AKs)
  5. Paire de valets (JJ)
  6. Paire de 10 (TT)
  7. As-Roi non assortis (AKo)
  8. As-Dame assortis (AQs)
  9. As-Valet assortis (AJs)
  10. Roi-Dame assortis (KQs)

SURNOMS DES MAINS DE DÉPART COMMUNES AU POKER :

  • Balles/Missiles : AA
  • Cowboys : KK
  • Dames : QQ
  • Hameçons : JJ
  • Bonshommes de neige : 88
  • Cannes : 77
  • Voiliers : 44
  • Crabes : 33
  • Canards : 22
  • Big Slick : AKs
  • Blackjack : AJ
  • Canin : K9 (en raison de la phonétique du son du « K » et du « 9 » mis ensemble)
  • Doyle Brunson : T2 (a gagné deux de ses titres WSOP Main Event avec cette main)
  • Main informatique : Q7o (50 % contre toute main aléatoire)

SURNOMS DE MAINS COMMUNES AU POKER

  • Broadway : Quinte A-K-Q-J-T
  • Roue : Quinte A-2-3-4-5
  • Roue en acier : Quinte Flush A-2-3-4-5 (toute couleur)
  • Quatre cavaliers : K-K-K-K-X
  • Mighty Ducks : 2-2-2-2-X

Trucs et astuces pour une chasse au brelan réussie

Chasser le brelan au poker peut être très rentable, mais seulement dans certains cas. Découvrez les meilleures situations pour bien chasser le brelan.      

Trucs et astuces pour une chasse au brelan réussie

Qu’est-ce qu’une chasse au brelan (« set-mining »)?

Une chasse au brelan peut être définie comme suit :

« Suivre le pré-flop avec une paire en mains avec l’intention d’obtenir un brelan sur le flop. »

Lors d’une chasse au brelan, nous ne jouons pas notre paire selon sa cote du pot ou sa rentabilité. S’il s’avérait rentable de le faire (comme dans bien des cas), ce ne serait pas adéquat de voir cette situation comme une pure chasse au brelan.

Ainsi, par exemple, nous suivons une main comme TT provenant du BTN (le bouton) contre un CO (le cut-off) ouvert. Nous ne suivons pas simplement sur le flop avec une paire de dix. Dans bien des compositions du flop, nous pourrions nous attendre à ce que TT soit la meilleure main et nous continuerions malgré un jeu agressif de notre adversaire sur le flop.

Si nous imaginons une situation différente où l’UTG (l’under the gun) ouvre et que nous décidons de suivre le BB avec notre paire en mains, nous commencerions à nous rapprocher de ce qu’on appelle une chasse au brelan pure. Dans la majorité des cas, si notre adversaire lance une mise de continuation sur le flop, nous songerions à abandonner notre 22, sauf si nous voulons que notre brelan se pointe. La seule exception à cette règle est si le flop nous présente une suite bilatérale et que nous avons la bonne cote du pot pour continuer.

Suivre au pré-flop avec une paire en mains, c’est tomber quelque part entre deux extrêmes. La valeur qu’on peut en retirer provient surtout de la possibilité d’un brelan sur le flop. Ceci dit, il y a plusieurs situations où notre main pourra toujours être profitable, même si nous n’avons pas notre brelan.

Comment rendre une chasse au brelan profitable

Il est logique de concentrer notre attention sur les chasses au brelan pures, c’est-à-dire lorsque nous ne pouvons gagner que si notre brelan se complète, sans quoi nous perdons. Nous commencerons donc par regarder les pires scénarios, lorsque notre main n’a aucune valeur si nous n’obtenons pas le brelan.

Le premier élément qui nous intéresse est le pourcentage des possibilités d’obtenir un brelan après avoir suivi au pré-flop. Cela nous donnera une idée générale du prix que nous devons payer afin que notre chasse au brelan soit des plus rentables. Comme le flop contient trois cartes, nous pouvons calculer nos chances d’obtention à 11,8 % des fois. En d’autres mots, selon la cote directe du pot, nous devons investir moins de 11,8 % du montant total du pot avant le flop.

Mais est-ce réaliste? Pas le moindre du monde : nous investirons plus un montant comme 45 % du pot en duel et 30 % du pot lors d’une partie à trois. Alors pourquoi est-ce que la chasse au brelan est considérée par plusieurs comme une stratégie profitable?

Tout revient à la cote implicite du pot. Le coût du pré-flop ne justifie pas le fait de suivre avec une paire en mains avec la seule chance d’obtenir notre brelan. Néanmoins, dès que nous prenons en compte les jetons supplémentaires que nous pouvons gagner en obtenant notre brelan, l’effort peut potentiellement devenir rentable. Mais de combien avons-nous besoin pour nous rendre au post-flop afin que notre chasse au brelan soit rentable? Et, peut-être le plus important, comment pouvons-nous même connaître le montant d’argent que nous gagnerons après le flop si nous obtenons notre brelan?

Le calcul du rendement des chasses au brelan

Imaginons d’abord une situation de pré-flop simple et regardons le montant d’argent qui sera nécessaire pour nous rendre à un post-flop moyen afin que notre chasse au brelan soit rentable.

Le SB mise 0,5 bb, le BB mise 1 bb. Les joueurs passent jusqu’au CO, celui-ci ouvre à 3 bb. Notre héros du jour est le BTN qui, une paire en mains, suit avec 3 bb. Le SB passe. Le BB passe aussi.

Le calcul du rendement des chasses au brelan

C’est assez simple jusqu’ici. Nous savons que nous avons 11,8 % des chances d’obtenir la carte qui complètera notre paire, ainsi, selon la cote directe du pot, nous ne devrions pas investir plus de 11,8 % du montant total du pot. (À vrai dire, nous ne nous intéressons pas à la cote du pot pour l’instant, mais seulement à la cote implicite. Nous pouvons cependant utiliser la cote du pot pour nous aider à calculer la cote implicite dont nous avons besoin.)

Donc, si une mise de 3 bb équivaut à 11,8 % du pot, quelle sera la taille totale du pot nécessaire afin de faire en sorte que nous avons bien fait de suivre?

100/11,8 = 8,475
3 bb * 8,475 = 25,42 bb

(En d’autres mots, si la taille du pré-flop était de 25,42 bb et que nous suivions avec 3 bb, nous pourrions essayer de suivre en respectant la cote directe du pot et d’obtenir un brelan. Ceci nous aide à nous représenter combien nous avons besoin pour nous rendre au post-flop, étant donné que le pot du pré-flop actuel est beaucoup plus petit que 25,42 bb.)

La somme totale du pot pré-flop est en fait de 7,5 bb lorsqu’on inclut les montants des blinds, ce qui signifie que nous avons un manque à gagner d’environ 18 bb par rapport à ce dont nous avons besoin. C’est le montant moyen que nous devons faire après le flop afin que notre chasse au brelan soit rentable. Dans ce scénario, ce serait seulement environ 6 fois notre investissement de départ.

Moyenne des gains

Six fois notre investissement peut sembler être un gain suffisant si nous obtenons notre carte. Toutefois, ce montant ne suffit pas à faire en sorte que nous le remporterons si nous obtenons notre carte. Nous devons gagner ce montant de manière constante selon la fréquence moyenne à laquelle nous obtenons notre carte. Sans quoi nous perdrons de l’argent avec nos chasses au brelan. Il y aura plusieurs situations où nous obtiendrons notre brelan sans aucune action. Par conséquent, nous devons aussi ramasser de gros pots où les montants sont supérieurs à 6 fois notre investissement pré-flop pour que l’opération soit généralement rentable.

Nous devons aussi considérer les scénarios suivants :

  • Nous obtenons notre brelan, mais nous perdons face à un brelan plus fort.
  • Nous sommes sur le point de gagner, mais il y en a un qui gâche tout sur le river.
  • Nous croyons que notre brelan n’est peut-être pas assez fort et nous finissons par passer.

En prenant ces trois scénarios en ligne de compte, nous avons donc besoin de la possibilité de faire beaucoup plus que 6 fois notre investissement pré-flop lorsque nous obtiendrons notre carte. Si nous faisons une estimation prudente, nous aurions idéalement besoin de la possibilité de faire près de 20 fois notre investissement de départ, dans le meilleur des cas.

Cette estimation de 20 fois est la source de deux règles d’or du poker souvent évoquées : la règle du 20 pour suivre et la règle du 5-10.

Règle du 20 pour suivre et règle du 5-10

Les deux règles suivantes sont souvent évoquées par les joueurs de poker. Il est bon de bien les connaître, ne serait-ce que pour entamer une conversation avec les autres joueurs.

Règle du 20 pour suivre : nous devons pouvoir faire 20 fois notre investissement après le flop.

En d’autres mots, si nous investissons 3 bb au pré-flop pour une chasse au brelan, nous avons besoin que le pot s’élève à au moins 60 bb après le flop.

Règle du 5-10 : nous ne devrions pas investir plus de 5 % de nos jetons pour une chasse au brelan, excepté dans des circonstances exceptionnelles où nous pourrions investir jusqu’à 10 %.

Nous parlerons des « circonstances exceptionnelles » plus tard. Ces règles sont néanmoins très similaires. Si nous investissons 5 bb au pré-flop avec environ 100 bb en jetons (c’est-à-dire 5 %), nous serons capables de gagner environ 20 fois notre investissement après le flop.

La cote implicite estimée

Il est facile de dire combien nous pouvons potentiellement gagner après le flop, c’est tout simplement lié à la hauteur des piles de jetons. Toutefois, il n’existe aucune formule pour calculer combien nous pouvons gagner en moyenne. Ces calculs seront basés sur des estimations qui prennent en compte votre adversaire et la cote implicite. Si vous n’êtes pas certain de votre cote implicite, le mieux est de vous en tenir à la règle du 20 pour suivre. Néanmoins, lorsque les situations montrent une très bonne cote implicite, cette règle du 20 pour suivre peut rapidement devenir une règle du 10 pour suivre.

Mais qu’est donc exactement la cote implicite? Et comment savoir si elle est bonne?

La cote implicite de la chasse au brelan : essentiellement, elle nous indique les chances que nous avons de gagner gros lorsque nous obtenons notre brelan.

Les situations suivantes sont des cas où nous bénéficierons probablement d’une excellente cote implicite.

Le vilain a une main forte : il est donc moins enclin à passer après le flop, au moment où notre main s’améliore.

Le vilain est agressif : il est du type qui aime énormément bluffer et peut éventuellement bluffer en relançant trois fois alors que nous avons notre main souhaitée.

Le vilain a beaucoup de jetons : plus le vilain a de jetons dans sa pile, plus nous pouvons en gagner.

Le vilain est un débutant : le vilain est peut-être du genre à ne pas laisser tomber une belle paire lorsqu’il en a une. C’est une belle façon d’ajouter de la valeur à nos brelans.

Cette liste peut aussi être inversée. Voici donc des situations où la cote implicite n’est pas aussi bonne que nous le souhaiterions.

Petite cote implicite : même en obtenant notre carte, nous ne gagnerons pas gros.

Le vilain a une main faible : l’éventail du vilain est large et il passera probablement au post-flop au lieu de nous payer lorsque nous obtiendrons notre brelan.

Le vilain est passif : le vilain est du genre à ne jamais essayer de bluffer et il ne fera jamais l’erreur de surestimer une deuxième meilleure main.

Le vilain n’a pas beaucoup de jetons : moins le vilain a de jetons dans sa pile, moins nous pouvons en gagner en obtenant notre carte.

Le vilain est un bon joueur : il sera plus susceptible de reconnaître la force de notre main et de passer au lieu de nous payer.

Situations avec une mauvaise cote implicite

La situation typique que les joueurs considèrent comme une chasse au brelan non rentable, même s’ils peuvent gagner 20 fois leur investissement pré-flop, est lorsque le BTN ouvre et que nous jouons en position SB avec une paire en main.

Parce que le BTN a un très vaste éventail, plusieurs joueurs ont l’impression qu’ils n’ont que peu de chance de gagner au post-flop lorsqu’ils auront réussi leur brelan. Ainsi, malgré des chances de gagner 20 fois leur investissement pré-flop de départ, plusieurs joueurs préféreront une sur-relancer (3 bet) ou passer.

Nous devons aussi prendre en compte le fait que le BB peut nous coincer avec un squeeze (un bluff sur le pré-flop). Si tel était le cas, nous devrons potentiellement abandonner notre main avant le flop, sans même avoir la chance de terminer notre brelan.

Ce principe peut aussi s’appliquer lorsque nous jouons en position MP (milieu de table) face à une ouverture d’un adversaire en position UTG. Plusieurs joueurs recommandent de ne chasser le brelan qu’avec des paires 77 ou plus. Si nous défendons toutes nos chasses au brelan peu importe notre paire en main en position MP contre une ouverture de UTG, les deux problèmes suivants affecteront notre cote implicite :

  1. Nous serons probablement coincés avec un bluff et nous ne verrons pas le flop, car 4 joueurs jouent après nous (en considérant une table de 6).
  2. Nous ferons probablement face à d’autres brelans et plusieurs contribueront au pot. Une petite paire ne pourra faire le poids.

Situations avec une bonne cote implicite

Les joueurs se demandent souvent :

Devrais-je chasser le brelan contre un une sur-relance (3 bet)?

Si nous supposons que les piles sont à 100 bb, cette situation n’est plus liée à la règle du 20 pour suivre. Cependant, nous devrions quand même être en mesure de chasser le brelan dans certains des cas. C’est le cas lorsque celui qui sur-relance a un très fort éventail, ce qui augmente les chances que notre brelan soit payé. Les deux principales situations sont :

  1. L’agresseur sur-relance contre une ouverture en début ou en milieu de table pour montrer que sa main est forte.
  2. L’historique de l’agresseur indique qu’il sur-relance uniquement avec une main forte.

Ainsi, dans ces scénarios, défendre une paire en main contre une sur-relance est probablement le choix approprié, à condition que :

  1. Les piles sont d’au moins 100 bb.
  2. Le montant de la sur-relance n’est pas trop élevé.

La cote implicite est aussi bonne lorsque le UTG ou le MP ouvre et que nous sommes le dernier à parler en position du BB. Voici pourquoi :

  1. Nous avons une meilleure cote directe implicite en position du BB.
  2. Nous n’avons pas à nous inquiéter de nous faire coincer par un bluff et nous verrons toujours le flop.
  3. L’UTG ou le MP ont généralement des éventails d’ouverture forts, ce qui signifie que nous pourrions gagner plus souvent au post-flop si nous obtenons notre carte.

Vision d’ensemble

La chose la plus importante à retenir est qu’alors que les mathématiques imposent des limites à notre chasse au brelan, la plupart de nos calculs ne sont valables que si nous évaluons bien nos adversaires.

Les règles du 20 pour suivre et du 5-10 ne devraient être utilisées qu’à titre indicatif. Lors de toute situation de chasse au brelan potentielle, il est important de bien évaluer nos adversaires et les bénéfices que nous pouvons obtenir de notre cote implicite.

Abonnez vous au Club Team Sharks of Tbi gratuitement.

Rejoignez 45 autres abonnés
%d blogueurs aiment cette page :